L’ancrage du projet

L’ancrage du projet au sein d’un territoire rural, pourquoi ?

Le lien à la nature

Ce projet s’adresse à deux types d’enfants

  • des enfants et pré-adolescents vivant en milieu sur-urbanisé de la région parisienne ou des grandes agglomérations de l’hexagone, qui relèvent de l’ASE et dont le placement prolongé constitue une mesure de protection ;
  • des enfants qui vivent en milieu rural et qui pour des raisons similaires doivent être éloignés de leur familles.
cedremaison

Pour les premiers, il s’agira d’organiser le « ressourcement » au sein d’espaces naturels susceptibles de renouer les fils des liens (vitaux) du désir de vivre, en s’appropriant les espaces naturels de jeux, en soignant les plantes et les animaux, en cultivant le jardin et le potager…

Pour les seconds il s’agira d’offrir les ressources culturelles de lecture du milieu naturel et l’ouverture sur des pratiques et des modes relationnels diversifiés.

Pour tous ces enfants il s’agit d’apprendre ou de réapprendre les choses simples de la vie afin de rendre le rapport à soi, à l’autre, aux autres moins douloureux, plus créatif ; il s’agira également de prendre appui sur la vie sociale de la Maison pour travailler le rapport singulier à la sociabilité.

Le rapport à la nature pour ce qu’il offre d’équilibre et de créativité pour tout être humain, nous semble le seul capable de répondre à l’urgence éducative dans laquelle nous nous trouvons à l’égard de ces enfants ; cela ne préjuge en rien du nécessaire débat autour de la question de la ruralité, de ses conséquences sur l’écologie des liens, de ses apports et de ses manques éventuels en matière culturelle et éducative.

L’ancrage au territoire

Les parcours de vie chaotiques auxquels sont confrontés ces enfants racontent souvent une rupture de liens intra-familiaux et/ou sociaux.

Il nous semble dès lors opportun de saisir l’occasion de l’ancrage rural pour travailler à développer les liens sociaux entre la structure et les habitants du territoire.

Cela peut revêtir plusieurs formes et ouvrir la voie à des partenariats créatifs avec des artisans et artistes locaux, les personnes âgées du territoire qui par leur « antériorité » portent les traces du passé et permettent de comprendre le présent… Mais aussi avec toutes les personnes assoiffées de rencontre, d’échanges ou tout simplement d’utilité et qui souffrent (plus ou moins à tort et à raison) du sentiment de vivre en un désert culturel et social.